"O mathématiques sévères,
je ne vous ai pas oubliées,
depuis que vos savantes leçons,
plus douces que le
miel, filtrèrent dans mon
coeur, comme une onde rafraichissante."

Isidore Ducasse, Conte di Lautreamont, 1868